Pour que vive l'esprit "Grenelle"

 

Posté par Pierre GUYARD

 



 Dans notre pays, depuis la seconde guerre mondiale, les grands actes, qui fondent les avancées sociales républicaines, ne se sont pas faits dans une rupture violente politiquement, voire physiquement, mais après une négociation longue, difficile mais porteuse de solution in fine. Chaque acteur savait faire respecter sa place et de ce fait rechercher et trouver les compromis qui donnaient un nouvel élan aux actions économiques, sociales et politiques.

C’est l’esprit des accords de Grenelle des années 60 et plus récemment des accords du Grenelle de l’environnement organisés après les élections présidentielles de 2007.


Dans une république mature, syndicats, organisations non gouvernementales, associations représentatives de secteurs d’activités ou de communautés spirituelles ou laïques doivent être reconnus comme des partenaires essentiels dans les débats qui organisent les relations sociales, les solidarités et la juste répartition des richesses. Toutes ces organisations sont porteuses d’une histoire, d’une culture, d’une sensibilité qui doit pouvoir, à l’exception des positions extrémistes ou de rejet d’autrui, trouver sa place dans la solution que les pouvoirs publics sont sensés construire. La force du politique est bien de rassembler ce qui est épars.


Refuser le débat ou, comme on l’a vu au sujet des retraites, ne pas entendre la voix des négociateurs ou plus grave, celle des millions de citoyens qui ont foulé les rues de Paris et de nos provinces, c’est favoriser la mise en œuvre de solutions incomprises socialement même si techniquement recevables.


Refuser de reprendre le débat de la redistribution des richesses pour ne s’en tenir qu’à un  toilettage fiscal, c’est courir le risque d’une véritable explosion à terme et donner un espace dangereux politiquement aux populistes de tout poil qui font déjà leur lit dans une Europe désemparée et dont les peuples se replient sur eux-mêmes.


A l’occasion du débat de 2012, mobilisons donc l’ensemble des forces syndicales, sociales et spirituelles de notre pays, la France, pour que chacun puisse apporter sa pierre à un édifice plus solide qu’aujourd’hui, que devra construire celles et ceux qui seront amenés à gérer notre destinée nationale ; c’est le sens du Grenelle, que l’avenir lui porte vie…

Partagez cette actualité...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !

RÉAGISSEZ...

ADHÉREZ AU MOUVEMENT FAITES UN DON À FRANCE UNIE